Un avenir durable pour le plateau de Saclay

Communiqué de presse. Campagne Yvelines

Réunion du 3 mars à Jouy-en-Josas, sur l’OIN Plateau de Saclay

L’OIN est née du projet de Christian Blanc de faire de ce plateau une « Silicon Valley » à la française pour créer les conditions du développement économique en regroupant les grandes écoles et universités du plateau, les étudiants et les chercheurs avec les entreprises.

Devant la difficulté à comprendre les buts véritables de cette opération, s’est tenue le 3 mars à Jouy-en-Josas une réunion publique pour la population concernée, soit 49 communes de l’Essonne et des Yvelines. Les élus, les conseillers territoriaux ont tenu à exprimer leurs doutes, leurs craintes, et leurs attentes envers cette opération, car tous tiennent à préserver ce cadre de vie auquel ils sont attachés, aujourd’hui menacé par une urbanisation mal pensée.

Réunion publique à Jouy en Josas

Réunion publique à Jouy en Josas

Nous sommes évidemment favorables au développement scientifique et technique de cette zone, car ce sont les emplois de demain et d’après-demain qui s’y préparent, et nous en aurons bien besoin. Mais des doutes sérieux sont apparus :

  • la proximité physique ne crée pas les conditions de l’innovation et du développement économique. Elle en est la conséquence. Pourquoi bourrer le Plateau alors qu’il faut assembler les compétences d’abord depuis la recherche jusqu’au marché ?
  • Le Plateau de Saclay est un ensemble de terres agricoles extrêmement fertiles, menacées par l’inéluctable urbanisation que va engendrer le projet. Pourquoi repousser cette agriculture fertile et proche de la capitale ?
  • Quels sont les projets scientifiques développés ? Il n’y a aucune clarté à ce sujet. Il semble qu’on mette la charrue immobilière avant les bœufs.
  • Pourquoi faut-il soudain déménager l’Université d’Orsay au lieu de la rénover ? Pour faire ensuite une opération immobilière juteuse à Orsay ?
  • Pourquoi les élus territoriaux sont-ils écartés des décisions qui les concernent au premier chef ?

Ne nous y trompons pas, bien que le gouvernement avance masqué, c’est bien d’urbanisation dont il est question. A l’origine, il était question de 150 000 logements, chiffre descendu précipitamment à 35 000 à présent et le projet s’appelait même OUIN (le U pour urbanisation). Quant au projet de transport « Grand Huit » proposé par Christian Blanc, il prévoit une gare dans le secteur, au milieu de « nulle part », dont le financement serait assuré par la valorisation foncière ultérieure. Ceci est révélateur du projet, tandis qu’un flou constant est entretenu sur ses véritables enjeux.

Au MoDem nous voulons un avenir durable au plateau de Saclay. Nous disons oui au développement d’un pôle scientifique raisonné (projet campus), demandons de favoriser les liaisons de transport, d’améliorer considérablement l’existant, nous exigeons la préservation d’un minimum de 2300 hectares de terres cultivables pour maintenir une agriculture de proximité.

Il faut mettre en place les outils et leviers d’actions de cette concertation que nous appelons de nos voeux. La région avec le Sdrif est sans aucun doute la bonne échelle pour piloter et organiser cette opération.

Quelques photos de la réunion de Jouy-en-Josas

Roselle Cros à Jouy en Josas

Pierre Le Guérinel

Jean-François Vigier, Roselle Cros, Alain Dolium et Jean-Pierre Alix

D’autres sont visibles ici et ici

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.