Le Plateau de Saclay, vu par l’Express

L’express publie un dossier sur le Plateau de Saclay. Il est diffusé uniquement  sur la zone concernée. Nous y retrouvons une interview de Jean-François Vigier, Maire Modem de Bures sur Yvette, et de David Ros (PS), Maire d’Orsay.

Plateau de Saclay: Etat - Collectivités locales

Cliquer sur l'image pour agrandir

Ces deux maires étaient déjà ensemble pour un débat sur le Plateau de Saclay,  il y a quelques mois (Qui fait quoi sur le Plateau de Saclay ?),

Sur le site internet de l’Express, un article relate quelques aspects du projet:

Le plateau de Saclay, un défi pour l’avenir

L’article commence par la présentation de la visite de Nicolas Sarkozy sur le Plateau de Saclay, qui a eu lieu en grande pompe ce 24 septembre.

« On ne peut pas faire un campus moderne et être à plus d’une demi-heure du centre de Paris », a rappelé Nicolas Sarkozy lors de sa venue, en confirmant la réalisation de la boucle Versailles-Saclay-Massy du métro.

Bizarre, je n’ai vu aucun commentateur expliquer comment la « Grande Boucle  » allait mettre le Plateau de Saclay à moins d’une demi-heure du centre de Paris (qui n’est pas situé à La Défense, faut-il le rappeler)

Pas d’interrogation non plus sur le fait que la décision est prise, quel que soit le résultat du débat public qui se déroule en ce moment. Drôle de manière d’envisager la concertation.

Le coûteux déménagement de l’Université Paris XI se justifierait  par le développement de lieux de vie communs:

Autrement dit, faire émerger un lieu de vie, avec des laboratoires, des entreprises, des facs, certes, mais aussi avec des bistrots et des terrasses. Un défi jamais relevé à cette échelle. C’est pour cette raison qu’il a été décidé d’y transférer la majeure partie de l’université Paris XI, avec ses 15 000 étudiants et ses 4 000 salariés. Un choix audacieux… et coûteux, puisque l’addition s’élève à plus de 1,1 milliard d’euros.

Ne peut-on analyser pourquoi le site actuel, mieux desservi par les transports et dans un cadre agréable, n’a-t-il pas permis une meilleure animation sur le site ? Pourquoi déménager tout le monde, et pas uniquement les élèves devant accéder aux moyens de recherche, après la licence ?

Beaucoup de questions restent posées, et la nostalgie du Quartier Latin se fait sentir. L’éloignement des centres de recherche et d’enseignements en sciences de ceux traitant des « humanités » peut être un risque pour la « fertilisation croisée » tant revendiquée.

Références:

Discours de Nicolas Sarkozy lors de sa visite sur le Plateau de Saclay (Vidéo sur le site de l’Elysée)

Visite de Nicolas Sarkozy ce vendredi 24 septembre (IOGS)

Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy à Saclay

Marion Guillou : « On est en train de créer quelque chose qui est potentiellement extrêmement innovant et porteur »

Dossier de l’Express sur le Plateau de Saclay (pdf)

Le naïf du plateau des mille vaches

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Enseignement Supérieur, EPPS, Grand Paris, Recherche, Transports. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le Plateau de Saclay, vu par l’Express

  1. FrédéricLN dit :

    « je n’ai vu aucun commentateur expliquer comment la “Grande Boucle ” allait mettre le Plateau de Saclay à moins d’une demi-heure du centre de Paris (qui n’est pas situé à La Défense, faut-il le rappeler) »

    eh oui, ces projets artificiels sont toujours aussi affligeants. Le fait qu’ils ne progressent pas, de débat en débat, est ce qui m’étonne le plus.

Les commentaires sont fermés.