Concertation, extension du domaine QoX

Un débat public sur l’aménagement de l’ensemble du périmètre de l’EPPS (Etablissement Public Paris-Saclay) est réclamé depuis longtemps, par des associations, des élus et de simples citoyens. Mais si pour le « Grand Paris », il y a eu débat public (merci à la CNDP pour son travail), le sujet du débat est resté limité au transport. Et l’aménagement du territoire n’a pas fait l’objet de débat, en particulier sur la partie relative au Plateau de Saclay. Quand sur un thème particulier, des associations sont invitées à participer, les modalités se révèlent décevantes, si l’on se réfère à plusieurs compte-rendus, comme celui-ci: Plateau de Saclay : Quelle consternation de concertation…

Néanmoins, l’aménagement du secteur de l’Ecole Polytechnique, législation oblige, est l’objet d’une concertation, selon le site Concertation QoX

Réunion thématique« Projets scientifiques, services et équipements » le 31 mai 2011 à 17h, à l’École polytechnique
.
Comment donner à chacun une place dans le nouveau quartier ?

On peut relever quelques éléments d’informations sur ce site, dont un changement de périmètre de la « concertation »:

La Zone d’Aménagement Concerté a été initiée par l’Etablissement public Paris-Saclay lors de son conseil d’administration du 30 mars 2011. Il s’agit de poursuivre l’action engagée par l’AFTRP dans le cadre de la ZAC QOX, mais avec un périmètre élargi et plus cohérent. Cet élargissement du périmètre de réflexion explique les délais supplémentaires pris par rapport à ceux annoncés lors de la précédente réunion publique.

Les études urbaines et programmatiques vont se poursuivre pour approfondir la définition du projet d’aménagement. Les études techniques (assainissement, déplacement, acoustique, potentiel en énergies renouvelables) permettront d’affiner les schémas proposés. Une étude d’impact sur l’environnement est en cours et va être soumise à l’avis de l’Autorité environnementale à l’été. Elle sera ensuite mise à disposition du public à l’automne.

La collaboration avec les collectivités et les échange avec le public vont continuer tout au long de l’année 2011. Les premiers chantiers liés au projet commenceront au cours de l’année 2012, pour le centre de recherche et développement d’EDF et les premiers établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Est-ce un hasard, les sites « Cluster Paris-Saclay » et Orsay: Opération d’Intérêt National & Plan campus sont inaccessibles? Ils sont tous les deux liés à l’aménagement du Plateau de Saclay.

Est-ce lié aux nouvelles concernant le trajet du « Super-métro » sur le Plateau ? Le tronçon Versailles-Massy ayant été l’objet d’intenses et lourdes pressions: Valérie Pécresse veut le métro automatique tout de suite à Saclay (une version récente de la carte du « Super-Métro », avec des éléments de calendrier   est accessible ici

Et l’échec du Campus Paris-Saclay dans le cadre des « initiatives d’excellence » a suscité des réactions au plus haut niveau, François Fillon ayant dépêché un « missus dominicus » pour superviser les opérations: Matignon veut accélérer le projet du campus de Saclay

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans EPPS, Grand Paris | Commentaires fermés sur Concertation, extension du domaine QoX

Le Plateau de Saclay desservi par un métro léger

Le JDD a publié une carte du métro du « Grand Paris »,  avec une description du projet tel qu’il devrait être présenté officiellement le 26 mai.

Pour le Plateau de Saclay, un compromis a été établi entre l’Etat et la Région. La Région renonce au projet de tramway ou de bus en site propre. L’Etat abandonne le « Métro lourd » en souterrain, au projet d’un métro léger (du type « Orlyval »), et accepte un maillage plus fin du secteur, avec onze stations au lieu de quatre.

Le comité de suivi de l’accord sur les transports en Ile-de-France (Copil), a donné ses principales orientations, ce 10 mai. Le comité reprend les propositions du débat public et retient l’idée d’une desserte fine avec onze gares au lieu de quatre prévues initialement. Le tracé sera « majoritairement aérien » avec un métro « léger », a indiqué Jean-Paul Huchon. Il respectera la « préservation absolue des 2.300 hectares d’espaces agricoles » de la loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris.

 

Trajet du Supermétro (CopyR JDD)

Références

Exclusif: le plan définitif du supermétro

Grand Paris Express: les gagnants et les perdants du premier comité

Voici les gares prévues autour de Saclay

Le tracé définitif du Grand Paris Express ?

Le métro du Grand Paris prévoit une desserte « plus fine » du plateau de Saclay

Grand Paris Express: Leroy et Huchon confirment le consensus

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Grand Paris, Transports | Commentaires fermés sur Le Plateau de Saclay desservi par un métro léger

Débat PubliX Campus Paris-Saclay

Pas de débat sur l’aménagement du Plateau de Saclay, dans son ensemble, sur tout le territoire.

Le débat sur le Grand Paris, du fait de la loi, n’a pas abordé le sujet du Plateau de Saclay.

Sur l’aménagement du « Quartier Ouest Polytechnique », un débat est prévu ce 6 Avril.

RÉUNION PUBLIQUE SUR LE PROJET

MERCREDI 6 AVRIL 2011 À 19H00

Institut d’Optique
Graduate School
RD 128

Campus Polytechnique
2 avenue Augustin Fresnel

PALAISEAU

Institut d’Optique

Tout se fait un peu en catimini, des obligations légales de débat public sont respectées a minima:

Curieusement, le site de concertation QoX Nord est réduit, il n’y a plus que cette réunion qui soit accessible directement, les informations annoncées pour le 30 mars ne sont pas là. Plus de mention de la réunion de janvier 2010.

Heureusement que le Net a une mémoire: http://www.qox-concertation.fr/1-projet-qox-nord-modalite-concertation.asp#

Rien sur cette réunion au niveau du site de l’Etablissement Public Paris-Saclay.

Ni sur le site du Campus Paris-Saclay, avec pourtant une belle vidéo de présentation du projet en page d’accueil, avec même le « téléphérique ». Mais le moral ne doit être au beau fixe côté FCS ( Démission de Paul Vialle, le président du campus de Saclay)

Merci à Sébastien Berthelot pour sa vigilance: Aménagement du plateau de Saclay: Réunion publique le 6 avril



Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Enseignement Supérieur, EPPS, Transports | Commentaires fermés sur Débat PubliX Campus Paris-Saclay

Boocan Essonne revient sur le débat « Plateau de Saclay »

Article de GemGif, le site du Modem de Gif:

Lundi soir, le débat sur le Plateau de Saclay, en présence de Yann Wehrling, porte parole national du MoDem, a été l’occasion pour Dimitri Tchoreloff, candidat aux cantonales sur Gif, de rappeler toutes les incertitudes qui planent encore sur ce projet.

Politique |Mercredi 16 Mars 2011|

©2003-2011 boocan.com

Cantonales 2011 : Sur le canton de Gif-sur-Yvette, le candidat du Modem Dimitri Tchoreloff fait du débat sur l’avenir du Plateau de Saclay un thème de sa campagne, « on ne sait pas le nombre ni le type d’établissements qui seront vraiment présents sur le Plateau de Saclay! »
Lors de la réunion publique organisée lundi soir à Gif, Dimitri Tchoreloff, a formulé plusieurs craintes concernant la réalité de la venue d’un certain nombre d’établissements sur le Plateau de Saclay

Dimitri Tchoreloff a fait la – longue – liste des incertitudes qui planent encore sur l’aménagement du Plateau de Saclay, pointant surtout le manque d’information des élus
Pour Dimitri Tchoreloff, s’agissant de la venu d’un certain nombre d’établissements sur le plateau de Saclay « on n’a pas de certitude absolue. »
Si la question de l’arrivée de Centrale semble « a peu près bouclé », en revanche pour l’ENS Cachan rien n’est encore fait, « les gens de Cachan n’ont aucune envie de venir sur le Plateau de Saclay ».

Pharma préfère Le Kremlin à Orsay !

Quant à la fac de Pharma de Chatenay-Malabry « selon les dernières rumeurs – il n’y a rien d’arrêté nulle part – elle pourrait partir au Kremlin-Bicêtres. Avec pour conséquence qu’un certain nombre de labos de l’université d’Orsay censés remonter sur le Plateau pour travailler avec Pharma n’y voient plus aucun d’intérêt. »

Ravitaillés par les corbeaux

A propos de la fac d’Orsay justement dont le déménagement sur le Plateau a lui aussi été envisagé, il ne semble pas faire l’unanimité, « pour les gens de l’Université d’Orsay, monter sur le plateau ne présente pas beaucoup d’intérêt. Dans la vallée ils sont desservis par 3 gares RER et demain sur le Plateau il n’y aura pas une gare pour les desservir. Ils seront ravitaillés par les corbeaux et je peux vous dire que cela ne leur fait pas spécialement plaisir. »

La charrue avant les boeufs…

Ne pas avoir d’information sur le nombre ni le type d’établissements qui seront réellement présents aura selon Dimitri Tchoreloff « une incidence énorme. A partir du moment ou vous ne savez pas quel type d’établissements accueillir, comment pouvez-vous prévoir quelle typologie et quel maillage de transports vous pouvez mettre en place … En général en terme d’urbanisation, c’est la première chose à laquelle on pense. On voit quels sont les établissements qui arrivent et on met en place en amont les transports de manière à ce que lorsque les étudiants,, les salariés, les chercheurs arrivent, ils puissent se déplacer. »

Qui vient? combien?

Même incertitude concernant le nombre de personnes, « qui vient ou pas, combien ? On parle de 40 000 ou 50 000 personnes dont 12 000 étudiants, avec quel type de logements? il ne faut pas que du logement étudiant, il faut de la mixité mais où on les met ? »

Etoffer Courtaboeuf plutôt que bouffer des terres agricoles

Quid enfin du développement économique, « on va faire de la R&D sur le plateau mais a-t-on obligation de mettre toute la partie économique sur le plateau en bouffant des terres agricoles supplémentaires alors que l’on a des zones d’activités proches, notamment Courtaboeuf, où il y a 50 hectares à remplir dont une partie de la zone qui peut-être requalifiée. »

Ailleurs:

Dernière ligne droite pour les cantonales

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Mouvement Démocrate | Commentaires fermés sur Boocan Essonne revient sur le débat « Plateau de Saclay »

Yann Wehrling: Débat sur le Plateau de Saclay

Rendez-vous Lundi soir à la Plaine pour discuter du….Plateau!

Yann Wehrling,
Porte Parole National du MoDem,en charge des questions de développement durable.

Viendra débattre sur le thème du Plateau de Saclay,

  • Lundi 14 Mars, 20h30,
  • Préau Ecole de la Plaine
  • Gif sur Yvette

Dans le cadre du soutien des candidats aux cantonales se présentant sur le secteur du Plateau de Saclay.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans EPPS, Mouvement Démocrate, Transports | Commentaires fermés sur Yann Wehrling: Débat sur le Plateau de Saclay

Le Plateau de Saclay, un thème pour les cantonales

Notre  groupe de travail « Plateau de Saclay »  est représenté par deux candidats du Mouvement Démocrate aux cantonales.

Tous les deux sont des soutiens très actifs de cette équipe inter-départementale. Ils se sont très sensibilisés aux différentes thématiques soulevées par l’aménagement du Plateau de Saclay.

Dimitri Tchoreloff est candidat dans l’Essonne, sur le canton de Gif-sur-Yvette. Nous lui devons ce compte-rendu du dernier débat « Grand Paris » sur le Plateau (Débat public: Saclay-Gif). Il suit très attentivement le projet, jusqu’à l’Assemblée Nationale,  et a initié plusieurs actions sur ce thème.

Flavien Bazenet est lui candidat dans les Yvelines, sur le canton de Versailles-Sud (Buc, Châteaufort, Les Loges-en-Josas, Jouy-en-Josas, Toussus-le-Noble, Versailles quartiers Sud). Son site de campagne est ici. Il travaille depuis longtemps avec plusieurs associations sur le thème de l’aménagement du Plateau de Saclay. Il fait aussi partie des principaux contributeurs de ce groupe (et indirectement, de ce site).

Flavien, ainsi que les autres candidats Yvelinois,  nous invite à retrouver Jean Lassalle à Versailles.

CANTONALES 2011 YVELINES

REUNION PUBLIQUE de SOUTIEN

aux CANDIDATS MODEM YVELINES

CANTONALES 2011

avec la présence de

Jean LASSALLE

Député et conseiller général

des Pyrénées-Atlantiques,

vice-président du MoDem

Mardi 8 mars 2011, de 20h30 à 22h30

Salle de conférence

Université Inter âges

6, Impasse des Gendarmes

78000 Versailles

Candidats

Jean-Claude Frot, canton d’Andrésy, remplaçante Nadine Bartolacci

Bruno Tabary, canton de Plaisir, remplaçante Odile Molinié

Toni Antonios, canton de St Arnoult, remplaçante Sophie Dedon

Ivan Corvaisier canton de Versailles Nord Ouest, remplaçante Olivia Razafindranaly

Flavien Bazenet, canton de Versailles Sud, remplaçante Mireille Camaji

Michèle de Vaucouleurs, canton de Poissy Sud, remplaçante de Michel Dupart

La réunion sera suivie d’un buffet (produits locaux)

Venez nombreux avec des amis MoDem ou sympathisants

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Mouvement Démocrate | Commentaires fermés sur Le Plateau de Saclay, un thème pour les cantonales

Débat public: Saclay-Gif

Compte-rendu argumenté, récupéré sur le site GEM GIF, animé par Dimitri Tchoreloff, qui m’autorise à le reproduire ici 😉

Un débat public qui aurait mérité plus de parole donnée

 Un débat public qui aurait mérité plus de parole donnée

par Martine Debiesse Chatelier

19 janvier 2011, dans un amphi de Supelec, s’est tenu à Gif un débat public (le 49ème sur 56), sur le « Grand huit », ce métro automatique grande vitesse à la carte de visite impressionnante :

  • 155km de voies nouvelles
  • 3 lignes, la bleue, la rouge et la verte.
  • 40 gares
  • 2 à 3 millions de voyageurs par jour
  • 23 milliards de coût au minimum

Il était question ce soir-là du « seul point qui pose encore problème », selon l’affirmation du maître d’ouvrage, la Société du Grand Paris : le Plateau de Saclay, que la ligne verte (« verte » ?!) prévoit de traverser de Versailles à Saclay, avec un détour par Saint-Quentin en Yvelines, avant de rallier Orly via Massy. Les temps de trajet annoncés laissent rêveurs… Pour aller de Saclay à Orly : 11 minutes (au lieu des 52 actuelles). Saclay à Roissy : 52 (au lieu de 116).

3h de débat, grignotées de moitié

C’était la première fois que j’assistais à un débat public, j’en ai donc découvert le fonctionnement… qui ne correspondait pas vraiment à l’idée que je m’en faisais. Trois heures de débat prévues… Très bien… mais grignotées (inévitablement) par les discours préliminaires (que chacun a, cependant, tenu à faire le plus court possible)… Grignotées par un film-pub sur le projet, beau, presque « trop », lisse mais malgré tout intéressant pour les chiffres présentés… Grignotées par la méthode elle-même : chaque trois minutes de parole offerte à une personne du public entraînait trois minutes de réponse du maître d’ouvrage. Quel que soit l’intérêt de celle-ci, il réduisait purement et simplement de moitié l’expression « du peuple »… Il restait donc, au mieux, 1h30 à un amphi plein à craquer, à 600 personnes assises pour certaines dans les travées, debout au fond pour d’autres, pour s’exprimer. Peu de temps, donc, et gageons que certains n’auront pas pu le faire.

D’autant que, et là, c’est peut-être une impression toute personnelle de citoyenne, une grosse partie des intervenants, choisis par l’animateur de la soirée parmi les doigts levés, avaient déjà eu des occasions de s’exprimer de par leur fonction ou leurs responsabilités politiques, associatives,… Interrogés directement par la Commission Nationale de Débat Public, ayant pris la parole dans d’autres débats de ce genre, ayant même pour certains fait un cahier d’acteurs. Quelle que soit la qualité de leurs interventions, il m’aurait semblé plus pertinent d’offrir le temps de parole à des gens qui ne l’ont pas d’habitude. A des citoyens simplement suffisamment intéressés par l’avenir de leur territoire pour s’être déplacés ce soir-là dans ce débat public. Ils auraient apporté un éclairage « au quotidien », toujours salutaire pour conforter ce que cogitent dans leurs bureaux parisiens les concepteurs de tels projets… ou le rendre plus adapté au terrain. Heureusement, il y en a eu quelques-uns…

Questions de citoyens


Une habitante de Bures, chercheur à Paris XI. Elle tient à souligner que contrairement à ce qui est dit partout, l’enthousiasme sur le projet concernant la fac d’Orsay est loin d’être unanime. De nombreux chercheurs ne comprennent pas l’intérêt de dépenser des milliards pour déménager la fac de 300 mètres. Tout cela pour quoi ? Faire se rencontrer les gens autour d’un café ? « Mais ce n’est pas comme cela que marche la recherche », explique-t-elle. (c’est ce qu’avait déjà dénoncé Dimitri Tchoreloff en avril 2010, dans l’article « Tous à la cafète »http://www.gemgif.fr/wbNewsFront/newsDetail/id/10).

Les chercheurs se rapprochent en fonction des projets sur lesquels ils travaillent et avec le développement d’Internet, cela se fait avec des gens qui peuvent être localisés à l’autre bout du monde. La proximité géographique ne changera rien. C’est comme elle l’appelle « le syndrôme de la machine à café ». Sous un tonnerre d’applaudissements, elle rappelle que le Plateau devrait se peupler de 50000 personnes supplémentaires en 14 ans, soit deux fois la ville des Ulis. Elle se demande, dans ces conditions, comment il sera possible de maintenir les 2300 hectares de terre agricole sur lesquels les acteurs locaux se sont mis d’accord pour être le minimum vital à garder si l’on veut préserver au Plateau son équilibre.

Une habitante de Courcelle : elle s’étonne qu’on parle uniquement des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et Orly, quand, dans son quotidien, « avion » évoque plutôt les passages, toutes les minutes de 6h20 à 22h30, entre octobre et avril, de petits avions d’affaires ou de tourisme ou d’hélicoptères en provenance ou en direction de Toussus-Le-Noble. Cet aéroport sera-t-il appelé à se développer plus encore avec ce projet ?

Un étudiant, parlant au nom de la dizaine d’autres qui lèvent obstinément la main depuis le début : les étudiants viennent de Saint-Quentin, de Paris, et de 5-10 km autour de Saclay. Il leur parait donc vital qu’il y ait une gare à Saclay pour leur permettre de gagner du temps sur leurs trajets quotidiens. L’idéal serait même une deuxième gare à 5km de là, vers Polytechnique. Ou de prévoir un système commode de bus.

Il tient aussi à répondre à François Lerique qui avait demandé à de nombreuses catégories de personnes de s’indigner sur ce projet. En parlant des étudiants, il leur avait dit de penser au fait qu’ils ne passaient que 4 ans sur le Plateau, alors que la plupart des personnes présentes y passaient toute leur vie.

Même discours à peu près pour une dame ayant envie de parler de « ceux qui travaillent sur le Plateau », mais en habitent loin parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer un logement dans les communes proches. Elle souligne néanmoins qu’actuellement, le CEA met une cinquantaine de bus à disposition des employés pour faire leurs trajets domicile-travail. Elle aimerait aussi que les liaisons douces ne soient pas seulement orientées déplacements de loisirs, mais adaptées aux gens qui vont travailler en vélo.

Quelques simples citoyens avaient choisi de s’exprimer par des questions écrites, collectées par le Président de la Commission de Débat Public, mais qu’on aurait apprécié d’écouter.

Questions d’associations de citoyens…

Un monsieur des Amis de la Vallée de la Bièvre : Si on regarde les gares prévues sur notre plateau, il y en a trois et elles sont toutes les trois en pleines terres agricoles ou dans des espaces naturels sensibles. Or tout le monde sait que quand une gare s’installe quelque part, cela signifie un étalement urbain et de l’urbanisation dans un rayon de 400m autour de la gare. Les trois gares prévues :

  • La Gare Versailles Matelots : pourquoi ne pas utiliser celle de Versailles Chantiers ?
  • La Gare de la Minière : en plein zone classée de la Vallée de la Bièvre.

· La Gare de Saclay : on va nous dire que la justification de cette gare est l’arrivée sur le Plateau de l’université de Paris XI et on justifie ce déménagement de la fac par l’envie d’avoir un bon classement international à Shangaï. D‘où l’idée de faire quelque chose de gigantesque. Mais peut-on réfléchir un instant au fait que Cambridge se classe 4ème et n’a « que » 16000 étudiants en comparaison des 40000 annoncés sur le plateau en 2025 ?

La question serait : comment utiliser mieux ce qui existe pour préserver les champs et l’environnement naturel exceptionnel de ce Plateau et des vallées environnantes ? Y a-t-il une alternative au massacre ?

Une personne de « Citoyens actifs et solidaires d’Orsay » : qu’est-ce qui pourrait faire que le développement de ce territoire soit équilibré ? Qu’il continue à y avoir un équilibre entre l’agriculture, le scientifique, l’économique, etc ? Car ce qui est prévu actuellement ne conduit pas à un développement équilibré, tout simplement parce que le financement du projet repose sur l’urbanisation des territoires autour des gares. L’agricole apporte une plus-value en terme de paysages, de rapprochement des produits du consommateur, de circuits-courts, mais pas au sens rapport immédiat et monétaire. Le projet n’a donc, par construction, pas tendance à préserver l’équilibre côté agricole.

Un agriculteur du Plateau de Saclay : Il a été voté le maintien de 2300 hectares de terres agricoles. Mais dans l’hypothèse la meilleure, avec un métro sous-terrain, on arrive à 3297 hectares. Or le projet d’enterrer le métro semble abandonné car beaucoup trop coûteux. Le maintien des 2300 hectares n’apparaît donc pas tenable. Nous, les agriculteurs, on préfèrerait qu’on nous dise carrément ce qu’il va nous arriver plutôt que de nous faire disparaître ainsi à petit feu. Le dispositif qui avait été mis en place pour capter le foncier semble avoir disparu.

Une personne d’un réseau associatif : il y a quatre projets « transports » : les réseaux existants, ArcExpress, le projet du Grand Paris et un mix Conseil Régional/Grand Paris. C’est surréaliste que tout parte ainsi dans tous les sens. En plus, comment le choix va-t-il être fait car on compare des choses, mais les évaluations ne sont pas faites de la même façon sur chacun des projets.

Proposition = qu’il y ait des experts publics pour examiner les coûts.

Il faudrait, de plus, que soit prévu un nouveau débat quand les 4 mois (= deux mois permettant à la commission nationale de Débat Public de consigner tout ce qui s’est dit au cours des débats publics + deux mois pendant lesquels le maître d’ouvrage va prendre les décisions en fonction de ce compte-rendu).

Une personne d’une association pour le désenclavement du Plateau de Saclay : nous avons essayé de voir comment améliorer la liaison avec Paris. Le Plateau à un quart d’heure de Montparnasse, cela est-il possible ? La réponse est « oui ». Est-ce très coûteux ? La réponse est « pas tellement » (tout étant relatif, bien sûr). Cela est-il difficile à mettre en œuvre ? La réponse est « non ». A vol d’oiseau, il y a 20km. L’idée serait donc de construire en sous-terrain un tunnel entre Vélizy et Montparnasse. Coût estimé ? 1 milliard d’euro, à mettre en balance avec les 23 milliards du projet du Grand Paris. Durée des travaux : 3 ans. Cette idée pourrait-elle être sérieusement envisagée ?

Une personne du CODESQY : il est prévu une gare à Saint-Quentin Est, mais c’est insuffisant. Il y a neuf kilomètres entre cette gare et Thalès, c’est aussi loin que la distance Porte de Charenton/porte Maillot. Il faudrait une gare au centre de Saint-Quentin. Il existe en outre, un corridor ferroviaire qu’il ne faudrait pas sous-estimer.

Le directeur d’une Grande Ecole: il faut un campus ouvert sur son environnement, qui permette aux étudiants d’avoir un engagement citoyen, de participer à la vie locale. Or, on a l’impression que le projet a tendance à refermer le Plateau sur lui-même. Il n’y a par exemple pas de vraie liaison prévue avec la Vallée.

Le président d’une entreprise de Saint-Quentin : pour les entreprises de Saint-Quentin, la création de ce pôle de recherche, est un enjeu majeur. Il faut donc un transport structurant entre les deux, mais pour l’instant, il y a trop d’incertitudes, en particulier, la gare de Saint-Quentin.

Le président de l’Association de Sauvegarde du Plateau de Saclay : En 2015, l’installation de la plupart des centres de recherche et universitaires venant s’installer sur le Plateau sera terminée, apportant un flux de population qu’il sera nécessaire de gérer : en terminant le TCSP en cours de réalisation et en ajoutant des lignes de bus. Le métro du Grand Paris arrivera donc avec 10 ans de retard, comment peut-on, du coup, le justifier ?

… et des problématiques bien rappelées par les personnalités présentes

« L’idée serait de commencer par densifier l’existant. Polytechnique par exemple. » Pierre Weiss (Président de l’EPPS)

« Le métro Grand Paris est une opportunité unique de relier Saclay à la Zone de Saint-Quentin. Il faut par contre articuler mieux le projet avec le Stif Et développer l’urbain sans toucher à la terre agricole. » Jean-Pierre Pervès (Président du CES)

« On discute de tracé alors qu’on n’a même pas débattu de l’opportunité du projet. Quand on, dit que le Plateau de Saclay n’a pas changé, que fait-on de l’AMAP, par exemple. Il faudrait faire des cahiers d’indignation. » F. Lerique (Président de l’AMAP)

Et pêle-mêle, voilà des remarques faites par les nombreuses personnalités politiques locales, régionales ou même nationales, présentes dans la salle :

« La priorité est à l’amélioration de l’existant. Quand on voit qu’il est constaté 22% d’irrégularité sur la ligne B. Puis, il faudrait développer les liaisons de proximité. »

« On ne fait pas de projets transports quand on ne connait pas les projets d’aménagement. Il faut répondre aux besoins du présent tout en préservant l’avenir »

« Il ne faudrait pas oublier la zone de Courtaboeuf quand on pense aménagement du Plateau de Saclay. Il faut faire attention à ne pas créer un ghetto de chercheurs. »

« Il faut améliorer l’existant, RERB et TCSP, en complétant, à terme, selon la fréquentation, par un tram-train. »

« Dans ce projet, on n’entend que le mot « vitesse ». La Ville de Gif n’ayant pas dit « non » pour l’instant au projet est considérée comme le validant. »

« Une silicon Valley, ça ne se décide pas, ça se construit petit à petit. Rien n’est prévu au niveau de la liaison Vallée-Plateau. »

« Si le projet se construit avec pour réel objectif de préserver le poumon vert qu’est le plateau de Saclay, alors ce serait un mauvais usage de l’argent public que d’investir dans une telle gare. »

Paul Carriot, président de séance, membre de la Commission Nationale du Débat Public, clôt la séance, ayant dû prolonger la séance d’un quart d’heure, mais n’ayant pu, malgré cela, donner la parole à tout le monde.

Au final, cette réunion, si elle a eu le mérite d’exister et de laisser quelques citoyens s’exprimer, n’était-elle pas qu’un lamentable leurre ? En effet, à la même heure se tenait, dans un cabinet ministériel, une réunion entre l’Etat et la Région. Son objectif : tracer un nouveau schéma issu du «Grand huit » de l’Etat et du projet de la Région : « Arc express », le point d’achoppement étant justement ce qu’il fallait faire sur le plateau de Saclay !

Alors à quand un véritable débat public et une véritable consultation des citoyens de notre territoire ?!

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Grand Paris, Mouvement Démocrate, Transports | Commentaires fermés sur Débat public: Saclay-Gif

Campus Paris Saclay: nouvelle gouvernance

Non sans difficultés, la Fondation de Coopération Scientifique adopte sa nouvelle gouvernance. Il y a quelques mois, l’Université Paris-Sud s’était rebiffée contre sa faible représentation au Conseil d’Administration (Grandes Ecoles- Universités: coopération difficile à Saclay).

Mais les nouveaux statuts reprennent des clauses qui étaient dénoncés au mois de décembre (NON à l’actuel projet de statuts de la Fondation « Campus Paris-Saclay »).

Alors que le projet de « Grand Huit », devenu « Grand Paris Express » tourne au conflit entre Etat, Région et Verts sur la desserte du Campus Paris-Saclay par un métro automatique, les tensions dans le monde de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche évoquent un « ratage » (Campus Paris Saclay : ratage en vue ?)

Un petit rappel, avec un aspect « promotion du projet »

Communiqué de presse de la FCS (extraits)

La fondation de coopération scientifique du « Campus Paris Saclay » vient d’adopter des nouveaux statuts. Ces statuts lui permettront d’assurer le pilotage scientifique de ce site retenu dans le cadre de l’Opération Campus et doté par l’Etat à hauteur de 1,850 milliards d’euros. Cette évolution s’inscrit dans la dynamique du projet de campus qui rendait nécessaire la mise en place d’une gouvernance renforcée. Ainsi les 23 acteurs engagés dans ce projet sont devenus membres de la fondation avec un conseil d’administration resserré autour de 14 administrateurs. Le nouveau conseil d’administration1 s’est réuni pour la première fois le mercredi 2 février 2011 et a élu Paul Vialle au poste de président de la fondation, et Guy Couarraze, président de Paris Sud 11, au poste de trésorier.

Parmi les trois principaux chantiers que traite la fondation figurent :

  • Les nouvelles instances de la fondation. Le conseil d’administration a décidé la mise en place de trois départements:
    • le département Digiteo placé sous la direction de Maurice Robin et
    • le département du Triangle de la physique dirigé par Christian Colliex, qui abritent les deux RTRA à l’origine de la fondation
    • le département abritant la toute nouvelle fondation de mathématiques Jacques Hadamard dont la direction est confiée à Yves Laszlo, et que l’Etat a décidé de doter de 40 millions d’euros.
  • Les réponses aux appels à projet liés aux investissements d’avenir et, en particulier de la candidature à l’appel « Initiative d’excellence » portée par la fondation. Les premiers résultats confirment la  pertinence d’une stratégie commune aux établissements tournée vers l’excellence et la transdisciplinarité.
  • La création d’un grand campus scientifique.
    • Elle implique des évolutions importantes pour développer des synergies nouvelles entre universités et grandes écoles, entre recherche et enseignement, entre organismes de recherche publics et privés.
    • Ces évolutions s’accompagnent de projets immobiliers destinés à ouvrir de nouveaux fronts de recherche, à faciliter l’accueil de nouveaux venus sur le plateau de Saclay, à améliorer la vie des étudiants et des salariés du campus.
    • Ces opérations immobilières et les aménagements qui seront réalisés doivent faire de Saclay un lieu attractif en harmonie avec son territoire, un lieu ouvert sur l’extérieur et l’un des plus importants pôles scientifiques mondiaux.

Il incombe à la fondation de porter le projet scientifique de ses membres et de coordonner les chantiers ci‐dessus et d’en assurer la cohérence.

Pour aller plus loin:

Statuts FCS (pdf)

Sur le budget de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, deux notes de Terra-Nova, pour répondre à l’auto-promotion de Valérie Pécresse:

Budget de l’enseignement supérieur et de la recherche 2011 : une présentation insincère pour masquer les promesses non tenues depuis 2007

Budget de l’enseignement supérieur et de la recherche (suite) : la ministre se trompe

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Enseignement Supérieur, Recherche | Commentaires fermés sur Campus Paris Saclay: nouvelle gouvernance

Une journée au coeur de la Recherche sur France-Culture

Le développement de la Recherche, c’est un sujet qui concerne au plus haut point le Plateau de Saclay, même en dehors des opérations de propagande. Pour les amateurs d’émissions radio ambitieuses, celles consacrées à la Recherche sur France-Culture s’annoncent prometteuses.

Journée spéciale « 24 heures au coeur de la Recherche », le 3 février 2011 sur France Culture.

Le Plateau de Saclay est à l’honneur

Le jeudi 3 février 2011, dès 6h du matin, France Culture consacre 24h d’antenne à la recherche. Pour l’événement, la radio investit notamment trois lieux symboliques : l’Institut d’optique de Palaiseau situé sur le Plateau de Saclay (en direct et en public de 6h à 12h), la faculté de médecine de Montpellier (en direct et en public de 14h à 17h) et le Muséum national d’histoire naturelle de Paris (en direct et en public de 18h20 à 23h30).

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles (réservation possible en écrivant à comfranceculture@radiofrance.com). Au programme : des émissions spéciales avec de nombreux invités, des reportages, une ligne ouverte…

Un dossier multimedia est accessible sur le site de La Radio.

Un dossier complémentaire est consacré au Plateau de Saclay

L’émission du matin sera enregistrée à l’Institut d’Optique ( à côté de Polytechnique). Il est possible d’y assister.

Le programme de cette matinée est le suivant:

6h / 6h45
Pas la peine de crier par Marie Richeux

Avec Bernard Lechevalier, auteur du Cerveau de Mozart, chercheur en neuropsychologie (Inserm), membre de l’Académie de médecine.

Avec un 1er plateau sur l’état des lieux archéologique du site, avec Vincent Charpentier, producteur du Salon noir sur France Culture et Olivier Blin, archéologue qui gère le dossier « Saclay » à l’INRAP).

Le 2nd plateau traite de la volonté d’innovation déployée depuis quelques années sur le site, entre urbanisme (Projet du Grand Paris) et avenir scientifique, avec Pierre Veltz, Président de l’Etablissement public de Saclay).

Et à 6h24, La vignette d’Aude Lavigne

Avec Kitsou Dubois chorégraphe en apesanteur.

6h, 6h30 : Journal, et revue de presse par Thomas Cluzel

6h45 / 9h
Les Matins de France Culture par Vincent Lemerre

et les journaux de la rédaction
Valérie Pécresse,
Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Albert Fert, Physicien, spécialiste de physique de la matière condensée. Professeur émérite à l’Université Paris-Sud 11 et directeur scientifique au sein de l’unité mixte de recherche CNRS/Thales. Il est colauréat avec Peter Grünberg du prix Nobel de physique de 2007 « pour la découverte de la magnétorésistance géante », en 1988

9h / 10h
La fabrique de l’histoire par Emmanuel Laurentin

Histoire de l’école polytechnique et l’évolution du métier d’ingénieur
Bruno Belhoste
, historien des sciences à l’Université Paris I  Panthéon-Sorbonne et Alexandre Moatti, Ingénieur en chef des Mines, Président de la SABIX Société des amis de la biliothèque et de l’histoire de l’Ecole polytechnique.

10h / 11h
Les Nouveaux chemins de la connaissance par Adèle Van Reeth

Etienne Klein
, physicien au CEA de Saclay et Heinz Wismann, philosophe des sciences à propos de « La science en miroir de la philosophie, une différenciation »

11h / 12h
Culturesmonde par Florian Delorme

L’axe Paris-Pékin

Avec Catherine Bréchignac, physicienne, secrétaire perpétuelle de l’Académie des Sciences, Isaïa Iannaccone, sinologue et historien des sciences, et Alessia Lefébure, directrice du Centre Asie Pacifique de Sciences Po.

RD 128, Plateau de Saclay
2, avenue Augustin Fresnel
91127 Palaiseau Cedex
Entrée libre dans la limite des places disponibles

D’autres informations sur Essonne Info

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Recherche | Commentaires fermés sur Une journée au coeur de la Recherche sur France-Culture

Grand Paris et Plateau de Saclay: réaction du maire de Bures

Voici l’éditorial de Jean-François Vigier, Maire Modem de Bures sur Yvette, au sujet de l’état actuel du débat public.

Editorial du maire de Bures

Editorial du maire de Bures

(cliquez sur l’image pour agrandir)

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Grand Paris | Commentaires fermés sur Grand Paris et Plateau de Saclay: réaction du maire de Bures